LOGO_UNSA_Officiers.png

Depuis presque 20 ans, la gestion du corps des officiers de police est confisquée par deux syndicats dont la vision unique a totalement sclérosé le corps qu’ils étaient sensés défendre. En niant la différence des métiers, ils ont fait perdre aux officiers de police leur identité et leur fierté. Pire encore, ils ont laissé de côté l’essentiel : la prise en compte des aspirations et les attentes réelles des officiers. Le constat est alarmant : désarticulé, sans perspectives sensées, notre corps est en manque cruel de repères et de sens.

UNSA-OFFICIERS n’a aucune autre ambition que de redonner la parole à tous ces officiers qui s’ interrogent sur leur avenir professionnel et sur leur quotidien. C’est donc une alternative nouvelle et bien concrète que propose notre organisation, loin du clientélisme des uns, de la déconnection des autres face aux vrais et possibles enjeux, voire de leur obnubilation commune de tuer le corps de conception et de direction.

UNSA-OFFICIERS à l’inverse, revendique, par un programme cohérent et construit avec ses partenaires de la FASMI (SCPN et UNSA-Police), dans l’honnête et la transparence, une volonté affichée de redonner de la lisibilité et de la cohérence au corps pour réinscrire les officiers dans leur identité et leur rendre toute leur place au sein de la chaîne hiérarchique. Le corps de commandement doit en effet retrouver toute sa légitimité au sein de la Police Nationale où le principe hiérarchique doit être renforcé dans le cadre d’une structure a trois corps.

L’UNSA-OFFICIERS refuse :

- Un corporatisme déconnecté et narcissique défendu par les deux syndicats majoritaires mais inertes. En effet, il est utopique aujourd’hui de marteler que le corps des officiers peut évoluer aux dépends de tel ou tel corps sans aucune conséquence pour son avenir.

- Un combat systématique et d’un autre âge contre les avantages prétendus du corps des commissaires ou de celui des grades et gardiens de la Paix.

- La solution simpliste et illusoire qui consiste à la fusion des corps. Cette position démagogique est rejetée par les différents ministres de l’Intérieur, par les missions successives, et par la fonction publique.

Et demande :

- La reconnaissance différenciée sur la tenue d’uniforme des emplois de chefs de service et de commandants à l’emploi fonctionnel.

- La création d’un Grade à Accès Fonctionnel (GRAF) sur le même mécanisme que celui du corps de conception et de direction.

- La revalorisation de tous les indices sommitaux des différents grades d’officiers et l’accès à l’indice sommital 1015, rendue possible par le classement en catégorie A.

- Une meilleure orthodoxie des parcours de carrière des officiers, avec un accompagnement social qui encourage et valorise la mobilité.

- Une nomenclature claire en relation avec la DRCPN et non à la disposition exclusive de la direction d’emploi.

- Une négociation approfondie sur les horaires de travail.

Ces solutions de bon sens, seul l’UNSA-OFFICIERS est aujourd’hui en capacité, dans le cadre de la FASMI (unique fédération professionnelle du périmètre du Ministère de l’Intérieur) et en relation avec ses partenaires (SCPN et UNSA-Police), de vous les apporter de manière crédible pour redynamiser le corps de commandement et lui donner un élan salvateur.

PARCE QUE NOUS SOMMES FIERS DU MÉTIER QUE NOUS AVONS CHOISI, NOUS VOTONS UNSA-OFFICIER-FASMI